COMPÉTENCES ET PROFIL DU MANAGER LEADER

 Compétences et profil du manager leader des entreprises qui libèrent l’intelligence et les énergies de leurs collaborateurs.

 

 

 

Ses compétences et savoir être :

 

Le cap est donné, la vision est partagée et les valeurs sont incarnées.

 

Il sollicite l’avis de son équipe, il délègue à chacun en fonction des niveaux d’autonomie définis avec lui ou au niveau du service.

Il a souvent les réponses aux questions qu’il se pose mais il préfère laisser chacun trouver la solution.

 

 

Il sait se rendre disponible, il aime réellement prendre l’avis de ses collaborateurs qui peuvent en savoir plus que lui sur certains domaines sans que cela lui pose de problème.

 

Il ne survalorise pas mais il sait reconnaître en acte et en parole l’investissement des membres de son équipe. Il s’efforce de trouver des occasions de les valoriser et de les mettre en avant.

 

 

Il favorise l’accomplissement de leurs projets personnels et peut parfois permettre d’associer à des événements les conjoints eux aussi considérés comme des “promoteurs” de l’entreprise.

 

Il aime les relations inter personnelles et fait de la formation de ses collaborateurs une priorité.

 

Il organise des moments conviviaux, le cadre de travail stimulant les échanges est très important pour lui et il ne mégote pas sur l’ergonomie des postes de travail.

 

Son mode intuitif, c’est la collaboration et la communication. Il donne des feedbacks et accepte volontiers d’en recevoir. La bienveillance est de mise. Transparence, simplicité, il se rend très accessible pour mieux communiquer avec chacun. Dans le cadre de la mission définie, chacun est libre de prendre les initiatives qu’il considère profitable à l’entreprise. Il associe tous les membres de l’équipe aux décisions qui impactent le service. Chacun est alors invité à s’exprimer librement. Ou de ne pas d’exprimer.

 

Ses défauts : parfois trop investi dans le mode relationnel, il peut éprouver des difficultés avec les personnalités individuelles (ou encore non sociales) qui n’ont pas spontanément le sens du collectif. Il peut avoir tendance à être trop compréhensif ou trop impliqué dans la vie de ses collaborateurs. Sa passion pour son travail peut lui rendre difficile de comprendre ceux qui ne seraient pas autant engagés que lui dans la réussite de l’entreprise. Il peut avoir tendance à trop compter sur ses propres forces pour faire le travail de développement personnel qu’impose souvent cette posture de manager facilitateur ou leader. Et d’y perdre en énergie et en efficacité.

 

 

La réussite est collective – les échecs sont collectifs –

 

La réussite est partagée – les échecs sont analysés et sont des opportunités de grandir ensemble et de les dépasser.

 

Author: Carole Laubry

 

4 idées pour décider comment transformer son entre...
PORTRAIT ROBOT DES PIRES MANAGERS – LE CAS “YES MA...

Sur le même sujet: