Lâchez prise

 

Management de dirigeant

 

Article paru dans le Pharmacien Manager – juin 2017

 

Vous avez le sentiment d’être débordé, stressé, de devoir contrôler en permanence vos collaborateurs pour que les choses avancent. Ce qui vous rend irritable et génère une mauvaise ambiance au sein de l’officine. Il est probablement temps de prendre du recul et de laisser votre équipe tranquille.

 

 

SE METTRE À LA PLACE DE L’AUTRE

 

Pour que « le déclic » de changer d’attitude survienne, Carole Laubry reproduit dans ses séances de coaching des situations que le manager est amené à vivre au quotidien.

 

« À travers des exercices de mise en situation, je vais par exemple faire comprendre au coaché qu’il ne sert à rien d’aller contrôler un collaborateur cinq fois dans la matinée pour vérifier que le travail avance bien. Celui-ci se sentira étouffé et risque de développer des stratégies d’évitement qui le conduiront à devenir sous-performant. Mieux vaut se contenter de lui fixer un point intermédiaire à 10h30, puis de vérifier à midi si la mission a été remplie “.

 

BAISSER SON NIVEAU D’EXIGENCE

 

« Les managers qui ont du mal à donner du lest sont en général très exigeants envers eux-mêmes et envers les autres”, rappelle Alain Duluc, responsable des formations « Développement personnel appliqué » à la Cegos.

 

“Pour reprendre une image équestre, lorsque vous êtes à cheval, vous ne devez pas tirer trop fort sur les rênes afin de ne pas blesser votre monture. Mais en même temps, vous ne devez pas trop les relâcher afin de garder la main sur le cheval.C’est un peu la même chose en management. Il faut trouver le juste équilibre entre le fait de contrôler et celui de laisser de la liberté. »

 

Pour arriver à trouver le bon dosage, il faut concentrer la bonne énergie au bon endroit. Autrement dit, il faut faire le distinguo entre ce qui figure dans son champ de pouvoir, et que l’on peut donc maîtriser, et ce sur quoi on ne peut pas agir. « Par exemple, un titulaire d’officine maîtrise l’organisation de ses équipes, la gestion de ses stocks… Il n’a en revanche aucune prise sur le livreur du répartiteur qui est en retard sur une livraison. Cela ne sert donc à rien de râler contre lui.

 

Mieux vaut concentrer son énergie dans des domaines où l’on peut agir », note Hugues Marchat.

 

FIXER DES OBJECTIFS

 

Il est également inutile d’espérer agir sur les aspects psychologiques et comportementaux de ses collaborateurs. « On entre là dans une sphère hors du périmètre du manager, explique Hugues Marchat. S’énerver sur un préparateur parce qu’il a un mode de fonctionnement qui n’est pas celui du titulaire ne lui fera pas changer de comportement. Mieux vaut se concentrer sur la définition des objectifs qu’il aura à remplir, en lui laissant une certaine liberté de comportement pour atteindre ses objectifs. » Exemple ?

 

“Vous pouvez par exemple très bien dire à un collaborateur qui passe trop de temps à ranger les commandes dans le back-office qu’il devra désormais consacrer une demi-heure de moins à cette tâche afin d’épauler l’équipe au comptoir, mais en lui demandant comment il compte s’organiser.”

 

APPRENDRE À POSITIVER

 

Le lâcher-prise suppose aussi d’adopter un mode de pensée positif. Selon la formule consacrée, mieux vaut voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Il faut donc s’entraîner mentalement à être indulgent envers les autres. Et Alain Duluc de conseiller :

 

“Si vous n’êtes pas pleinement satisfait du travail d’un collaborateur, il faut éviter de lui dire “ce n’est pas grave, tu feras mieux la prochaine fois”. Mieux vaut lui dire “c’est bien”, tout en lui donnant des conseils bienveillants qui lui permettront effectivement de s’améliorer… » Cet entraînement, que l’on doit suivre au quotidien, comme on fait des assouplissements, va permettre d’évacuer progressivement le stress et d’être plus disponible dans la relation avec les autres.”

 

« Pour lâcher prise,il faut aussi être capable de vivre l’instant présent, complète Alain Duluc. Alors le week-end,plutôt que de penser à l’officine, il faut essayer de profiter pleinement des moments de détente en famille. »

 

Author: Carole Laubry

DE LA CONDUITE DU CHANGEMENT A l’OPEN INNOVATION
Le coaching exécutif du dirigeant

Sur le même sujet: